Le projet du département

1. Si l'éducation est le projet et le processus temporels qui consistent à éduquer quelqu'un, alors éduquer, c'est former à, former pour, former avec : à la fois instruire, rendre savant, faire connaître les savoirs accumulés dans le patrimoine culturel mais aussi accompagner dans la maturation, développer les attitudes, les "capacités" et les "compétences professionnelles", socialiser... C'est notamment, en terme de projet, viser à articuler l'instruction (rendre savant par la transmission de savoirs) avec l'accompagnement de l'autre dans sa propre voie. L'éducation est donc une problématique, une dialectique à jouer entre le nécessaire qui se contrôle (instruire pour éduquer) et la complexité des attitudes, qui s'évalue. L'éducation ainsi conçue se déploie dans tout un ensemble de pratiques sociales, dans des institutions (formation scolaire, initiale, professionnelle, continue, permanente mais aussi fonction formation des cadres dans les services, les entreprises etc. ...) : elle intéresse les discours et les pratiques de la formation initiale, continue ou permanente, en milieu scolaire ou dans un service de la Fonction Publique ou encore en entreprise : ce sont les terrains possibles des recherches du GREA.

2. Les liens professionnalisation / recherche Nous assurons une formation universitaire. Et l'une des caractéristiques, majeure, d'une formation universitaire est le travail sur les références qu'on se donne pour étayer son opinion et pour pouvoir, à partir des interactions vécues dans les organisations, communiquer et informer. Ces références s'acquièrent par le contact avec la recherche. Il y a quatre raisons pour former les étudiants quels qu'ils soient (cadres ou agents de la Fonction Publique ou de l'entreprise) avec la recherche et par la recherche : - former des praticiens capables de lire la recherche, de lire les comptes rendus de recherche, d'acquérir le langage de la recherche ou du moins de pouvoir le déchiffrer. Ainsi, ils pourront devenir des "médiateurs" actifs qui, dans leur milieu professionnel, contribueront à diffuser les recherches, à nourrir les pratiques par la recherche; - former des praticiens capables de se distancier par rapport aux routines, aux rôles, aux personnages stéréotypés en usage dans leur corps professionnel. La recherche côtoyée et à laquelle il s'essaient notamment en réalisant les mémoires professionnels, leur donne de la "hauteur de vue" : la formation par la recherche permet de travailler dans la rigueur et l'intelligibilité pour la communauté scientifique ; d'étayer son questionnement de professionnel à des textes divers, pris ailleurs que dans les formalisations de praticiens, lesquelles sont trop souvent présentées comme vraies, indubitables. L'initiation à la recherche (et notamment la distinction des différentes méthodes possibles ainsi que l'apprentissage de la production d'un discours méthodologique) non seulement donne des repères et des cadres de références mais aussi "désenglue" le praticiens de la doxa propre à son corps professionnel, lui permet de relativiser les dysfonctionnements qui pourraient sans cela n'être conçus que dans la résolution de problèmes, la prise de décision rationnelle et la remédiation pour l'éradication de symptômes, sans se préoccuper de les relier à des projets plus vastes qui engagent pourtant le devenir de leur profession; - former des praticiens capables d'être des partenaires de recherches à venir : les cadres infirmiers, par exemple, pourront mieux se situer comme acteurs dans des recherches qu'on leur proposera. Ils seront avertis et pourront participer plus étroitement à des recherches pilotées par un chercheur "de métier". Ils pourront aussi être demandeurs de recherches issues de leurs préoccupations professionnelles et dont les résultats pourraient intéresser leur corps professionnels car ils seront aptes à transformer un problème pratique en une question de recherche qu'un chercheur, avec eux, viendra problématiser et traiter; - former des praticiens capables de problématiser leurs situations de travail. Les références scientifiques permettent des détours théoriques qui donnent l'occasion de travailler ses implications en développant la distanciation pour problématiser les situations de travail. Le bénéfice attendu de l'exercice de la problématisation, c'est l'autorisation du professionnel, son émancipation, son ouverture à l'altération, en tant que sujet. Un professionnel qui problématise lui-même, est un professionnel "éclairé", autonome, en projet, qui ne se précipite pas dans l'imposition de consensus artificiels mais qui travaille son processus de professionnalisation, qui ose poser sa parole professionnelle parce qu'il conceptualise sa pratique et se questionne sur les fondements de ses choix, de ses actions. Ces quatre raisons de l'apprentissage de la professionnalisation par la recherche visent à rapprocher la recherche en Sciences de l'éducation des terrains professionnels. Elles ne sont pas incompatibles avec la formation académique de chercheurs universitaires. Elles fonctionnent toutes sur des problématiques éducatives.

3. Les critères globaux du projet des formateurs dessinant le modèle de la formation proposé C'est une formation universitaire par alternance qui vise à faire élaborer à l'étudiant des problématisations à partir de références théoriques et pratiques pour des méthodologies et des modèles d'action et/ou de recherche dans le champ des pratiques sociales liées à l'éducation. Les enseignements dispensés ne sont pas cumulatifs mais les unités de formation, dans un diplôme, sont complémentaires et interdépendantes. La mise en liens des unités de formation vise à construire chez l'étudiant un référentiel personnel. La diversité des intervenants vise à assurer aux étudiants l'accès à une pluralité de points de vue, à une variété de conceptions lesquelles peuvent même être contradictoires entre elles. La formation vise à permettre aux étudiants d'élargir leurs compétences, d'enrichir leur expérience et de diversifier leur culture en élaborant des points de vue personnels sur les concepts, les problématiques et les méthodes liées à l'éducation afin d'en développer leur intelligence critique. Cette formation vise à favoriser l'élaboration et la régulation de projets de développement personnel toujours en pertinence avec le contexte social. Le modèle de la formation à partir duquel les formateurs travaillent ne vise pas la seule transmission d'un savoir mais aussi l'appropriation de connaissances : les savoirs sont mis au service de problématisations, de théorisations, de modélisations, par l'étudiant lui-même, en pertinence avec son projet, son contexte et son terrain professionnels, pour élucider les liens entre le théorique et les pratiques sociales éducatives et favoriser les transferts des apprentissages réalisés pendant la formation. Ce sont là les valeurs et les finalités de l'équipe des enseignants-chercheurs. Ce ne sont pas des critères "de maîtrise", de "contrôle pour la vérification d'un sens donné" puisque le sens est à construire par l'étudiant .

4 . Ce modèle de formation est pertinent au projet de l'Université Voici des extraits du contrat quadriennal de l'établissement "université de Provence" et des grandes orientations politiques de l'université française qui concordent avec le projet de formation affiché :

- 1. Par la volonté de connecter la formation à la culture et la recherche, d'une part par "des mises en question conceptuelles, la confrontation de théories, un travail de création, de production de savoirs, avec une part d'autoformation instrumentée;par l'informatisation des bibliothèques, par exemple et tout autre moyen qui facilite l'accès aux formes supérieures de la culture et de la recherche" et par une "réflexion sur la pédagogie, pour le renouvellement des connaissances et des méthodes, pour rénover les filières d'enseignement, notamment en développant l'enseignement sur mesure" dans "la liberté d'information, d'expression et l'indépendance, sous réserve des principes d'objectivité et de tolérance à l'égard du politique, de l'économique et du social"

- 2. Et par la volonté de connecter la formation aux terrains professionnels d'autre part : la formation étant conçue à la fois comme composante de l'alternance, "par des contacts permanents avec le tissu socio-économique, par l'accueil d'anciens étudiants pour améliorer les chances de promotion et permettre la conversion d'activité professionnelle : concourir à l'éducation permanente" ; - et à la fois "dans la perspective de l'insertion professionnelle" : en réponse aux besoins de la nation, "former des cadres et participer au développement socio-économique de la région, encadrer le choix de l'activité professionnelle, assurer les moyens de l'orientation, en conformité à l'évolution démocratique exigée par la révolution industrielle et technique".

5 . Sens des programmes de formation proposés par le Département des Sciences de l'éducation Les formateurs veulent favoriser une meilleure compréhension des pratiques professionnelles en prenant appui sur différents modèles et théories des sciences humaines et sociales. Ces théorisations seront utilisées par les étudiants comme références dans les diverses activités qu'ils devront conduire pendant la formation : observations, enquêtes, stages, travaux de groupe, exposés, constitutions de dossiers d'études et de mémoires de fin d'étude. Elles seront l'occasion d'expliciter les attentes des étudiants comme des institutions dans lesquelles ils travaillent et de favoriser l'appropriation des valeurs et des objectifs institutionnels. Ces référentiels permettront de définir et de mettre en oeuvre des problématiques et des stratégies professionnelles les mieux adaptées aux situations rencontrées sur le terrain et les plus pertinentes aux politiques institutionnelles, par la mise en actes de procédures vérifiables mais aussi de processus conçus et régulés en fonction des enjeux de l'action. Les attendus des formateurs dans leur plan de formation peuvent se résumer ainsi : problématiser les situations par des détours théoriques, par l'utilisation d'un savoir de référence précis, approprié ; faire preuve de distanciation : exercer la fonction critique dans l'intelligence des projets, et des pratiques qu'ils permettent, pour pouvoir mettre en acte des stratégies professionnelles pertinentes aux orientations politiques en vigueur ; acquérir des méthodes de travail permettant d'utiliser mais aussi d'élaborer et de réguler divers outils adaptés, en cohérence avec les pratiques professionnelles ; développer des compétences relationnelles, de processus de communication et de procédures d'information, permettant d'être acteur responsable dans les interactions professionnelles, mais aussi d'être en posture d'auteur s'autorisant, dans le travail des liens de pertinence, à interpréter les commandes en fonction des enjeux institutionnels.

2017 - Aix Marseille Université - Département des Sciences de l'Education - 13410 - LAMBESC - Tél : 33(0) 442 571 717 - Fax : 33(0) 442 571 707